rows of plants in a garden

Agriculture régénératrice dans le Weinland autrichien

par Andrew Zimmerman

June 18, 2021

Autres langues: English

0 Commentaires

L’article suivant:

0 Commentaires
0 Commentaires
    Envoyer

Je n’ai jamais été un grand jardinier. Bien sûr, je plantais quelques tomates cerises dans une petite parcelle chaque été, ainsi que du basilic et du persil. Mais je n’avais jamais entendu parler des cinq principes de l’agriculture régénératrice, et je ne savais certainement pas que le brocoli, le chou-rave et le chou frisé sont essentiellement la même plante, Brassica oleracea, sélectionnée au fil des siècle.

Après avoir déménagé en Autriche il y a deux ans pour aider à fonder une nouvelle communauté Bruderhof, tout a changé. Pour gagner notre vie, nous voulions trouver une activité qui s’inscrive dans l’économie locale. L’agriculture était une chose qui avait du sens ; le paysage local était dominé par les vignobles, des champs de tournesols, des champs de citrouilles, et la propriété dans laquelle nous avons emménagé avait un champ de presque trois hectares.

Mais nous ne voulions pas nous lancer dans l’agriculture industrielle. L’un des membres de notre communauté avait étudié l’agriculture biologique en Allemagne, et était convaincu des dangers des pesticides et des herbicides. De plus, dans un climat sec – nous ne recevons qu’une quinzaine de centimètres de pluie par an – l’eau allait être cruciale.

Nous nous sommes donc tournés vers l’agriculture régénératrice et avons commencé un jardin maraîcher intensif sur l’un des hectares. Voici les principes fondamentaux de ce type d’agriculture : perturber le moins possible le sol, diversifier au maximum les cultures, garder le sol couvert de végétation, intégrer le bétail et laisser les vieux porte-greffes dans le sol.

a farm stand in an Austrian town square

Vente de produits du jardin dans la ville voisine de Retz. Image reproduite avec l'aimable autorisation d'Andrew Zimmerman

Il n’est pas très difficile de planter de nombreux types de cultures différentes, et cela contribue même à notre modèle économique, puisque nous vendons des abonnements hebdomadaires à des paniers de légumes et participons aux marchés de producteurs locaux. Comment avons-nous intégré les animaux d’élevage ? Nous avons passé l’hiver à construire une stalle mobile pour nos nouvelles poules pondeuses élevées en plein air.

Certains des autres principes demandent plus de travail : garder le sol couvert réduit l’érosion éolienne et l’évaporation de l’eau, mais pour y parvenir, on ne peut pas semer directement des graines. Nous faisons donc démarrer les plantes dans notre serre, puis nous organisons chaque semaine des projets de transplant de plusieurs milliers de plants.  Le travail est presque littéralement éreintant (du moins pour moi, grand gaillard d’une quarantaine d’années). Pourtant, l’ensemble de la vingtaine de membres de notre communauté s’y implique. Cela me connecte à la terre d’une manière incomparable à mes autres fonctions (publier des vidéos des coulisses sur Facebook ou traiter avec des clients qui veulent renoncer à un panier lorsqu’ils partent en vacances).

Minimiser la perturbation du sol signifie qu’après avoir récolté un lit, nous ne le labourons pas, car cela ferait remonter et revigorerait les graines de mauvaises herbes dormantes. Au contraire, nous ameublissons le sol avec une fourche large et laissons les racines se décomposer. La matière organique reste ainsi dans le sol, là où elle doit être, et les problèmes de mauvaises herbes sont considérablement réduits.

Nous avons reçu un excellent accueil de la part du public. Le programme d’abonnement au panier hebdomadaire décolle – la pandémie nous a sans doute aidés, car de nombreux clients souhaitent être livrés à domicile – et nous avons doublé le nombre de lits cultivés pour la deuxième année.

Mais pour moi, il ne s’agit pas seulement de principes agricoles et de la réussite d’une startup. Il s’agit de prendre soin de la création – le sol, les plantes, les vers et même les microbes – que Dieu nous a donnée, comme le dit Genèse 1:29. Je ne veux pas me la jouer grandiloquent, mais ce que nous faisons, c’est sauver la planète, du moins notre petit coin de la planète.

Je ne suis pas encore un grand jardinier, mais je me salis les mains plusieurs fois par semaine. Le fondateur du Bruderhof, Eberhard Arnold, a écrit que « la vie intellectuelle d’un être humain doit être stimulée et approfondie, s’il veut réellement devenir humain. Mais ce n’est que lorsqu’il connaîtra les plaisirs du travail physique qu’il connaîtra la joie d’être – la joie en Dieu et la joie dans sa création ». Je suis entièrement d’accord. Bien sûr, je n’arrive pas à la cheville de mes fils adolescents, eux qui sont capables de planter une planche de vingt mètres en trois minutes environ, mais maintenant au moins les brassicas n’ont plus aucun secret pour moi.

Presenté par

Andrew Zimmerman vit avec sa femme et ses trois enfants au Gutshof, un Bruderhof en Autriche. Pour en savoir plus sur le jardin maraîcher de la communauté (en allemand), rendez-vous sur gutesvomgutshof.at.

0 Commentaires