flatlay of herbs, lemons and flowers

Un amour difficile

April 29, 2021

Autres langues: English

0 Commentaires

L’article suivant:

0 Commentaires
0 Commentaires
    Envoyer

Vers la fin de sa vie, Jean Vanier, dans un entretien avec le pasteur anglican Nicky Gumbel, revenait sur la genèse de L’Arche en 1964.

Les personnes handicapées sont les plus opprimées de ce monde. J'ai visité une institution où quatre-vingts hommes étaient complètement enfermés, sans travail. Ils étaient assis, en cercle, remplis de violence, et ils criaient. Chose étrange, j'étais à la fois attiré et révolté.

Quand j'ai quitté la marine, je voulais vivre en communauté avec les pauvres et non pas pour les pauvres. Nous avons donc vécu ensemble. Ce fut une expérience extraordinaire et joyeuse. Ils étaient tellement heureux de sortir de cette institution ! Nous partagions une même table – nous allions acheter la nourriture, nous faisions la cuisine, nous mangions notre nourriture, nous faisions la vaisselle, et puis nous recommencions. D'une certaine manière, le message de Jésus était au cœur de ce que nous vivions. Dans l’Évangile de Luc, Jésus dit : « Lorsque tu organises un dîner, n'invite pas tes amis, ta famille, ni tes voisins riches. Lorsque tu organises un très bon festin, invite au contraire des pauvres, des boiteux, des aveugles, des rejetés. » Il ajoute : « Si tu fais cela, tu seras heureux. » (Lc 14:12–14) C’est l’une des béatitudes secrètes de l’Évangile.

Quand vous êtes assis pour manger avec des gens, il se produit ceci : vous devenez des amis. Aristote dit : « Pour devenir l'ami de quelqu'un, vous devez manger un sac de sel ensemble », c'est-à-dire de nombreux repas. Quel plaisir nous avions ! Mais, quelque part, nous ressentions que le fait d'être ensemble devait révéler le Royaume de Dieu. Le Royaume de Dieu est un lieu où les plus pauvres et les rejetés se rassemblent pour célébrer leur joie, parce qu'ils ont découvert qu'ils sont aimés par ceux qui les entourent et qu'ils sont aimés de Jésus. C’est une joie incroyable : ils ne réclament pas le pouvoir, ils ne veulent pas gagner davantage d'argent, avoir plus de succès, être valorisés – ils veulent simplement être heureux.

C’est ce que les gens remarquent quand ils viennent ici. Pourtant, à l'intérieur, on découvre la réalité de relations complexes, ainsi que tout le reste. C’est un lieu qui appartient au Royaume mais cela exige du travail. Ce qui apparaît comme quelque chose de beau comporte des difficultés ; nous devons nous mettre à l'ouvrage et découvrir qu'aimer n'est pas facile.

C'est très particulier d'aborder des personnes qui n'ont besoin que d'amour, c'est-à-dire des personnes handicapées. Elles n’ont pas besoin d'acquérir des connaissances ; elles ne peuvent pas passer des examens. Certaines ne peuvent même pas parler. Mais elles découvrent qu'elles sont aimées. Il y a un lien étroit entre les cris de ceux qui ont été rejetés, repoussés, humiliés – « Quelqu'un m'aime-t-il ? » – et la révélation que Dieu est amour. C’est une rencontre étrange et magnifique.


Cette transcription de l'entretien réalisé en 2017 est un résumé quelque peu modifié pour plus de clarté. Utilisée avec la permission de Nicky Gumbel. Voir l'entretien complet (en anglais) sur plough.com/vanier-gumbel.

Traduit de l'anglais par François Caudwell.

0 Commentaires