23Mommsen200Hero2

À la recherche d'une ville

par Peter Mommsen

April 29, 2021

Autres langues: English

0 Commentaires

L’article suivant:

0 Commentaires
0 Commentaires
    Envoyer

Cela peut sembler une mauvaise idée pour un magazine portant le nom d'un outil agricole de faire paraître un numéro sur les villes. Surtout si ce magazine est publié par une communauté anabaptiste qui est née d'un mouvement de retour à la terre et qui a encore l'odeur du champ de foin et du boisé. Pourquoi ne pas t'en tenir à ce que tu sais faire ? Pourquoi sauter des voies ?

Parce que l'avenir de l'humanité, de toute évidence, est urbain. C'est un conte bien connu, mais les chiffres sont encore stupéfiants : En 1800, seulement 7 pour cent de la population mondiale vivait dans les villes. En 1900, ce chiffre était de 16 pour cent, aujourd'hui il est de 55 pour cent, et d'ici 2050, il devrait atteindre 68 pour cent, avec un tiers de la croissance se produisant en Inde, en Chine et au Nigeria seulement, selon un rapport des Nations Unies de 2018. Chaque semaine, trois millions de personnes quittent la campagne pour les villes. L'urbanisation est sans doute le plus grand changement d'habitat que notre espèce ait jamais subi. Ça nous changera forcément.

Michelangelo Buonarroti, Study for Porto San Gallo, 1525

Michelangelo Buonarroti, Étude de  Porto San Gallo, 1525
Illustration tirée de Wikimedia (domaine public)

Pour quiconque se soucie du bien commun de l'humanité, les villes doivent donc avoir de l'importance. Cela vaut d'autant plus pour les chrétiens, qui sont appelés non seulement à aimer leur prochain comme eux-mêmes, mais à « aller dans le monde entier » (Mc 16:15). De plus en plus, ce monde est composé de villes.

Un monde urbain exige un christianisme urbain. Des pasteurs comme Tim Keller de l'église presbytérienne Redeemer de New York City ou Les Isaac de Street Pastors à Londres ont trouvé de nouvelles façons de construire la communauté ecclésiale dans un environnement urbain, combinant foi orthodoxe et ouverture d'esprit. Le Bruderhof, lui aussi, malgré ses origines agraires, a démarré une douzaine de communautés urbaines depuis 2003, avec des maisons à Peckham, Londres ; Harlem, New York ; Saint-Pétersbourg, Floride ; Asunción, au Paraguay ; et Brisbane, en Australie. D'autres branches de l'Église universelle peuvent citer divers exemples d'édification d'une telle communauté urbaine.

La ville est avant tout le lieu où l'homme accomplit le mandat originel de Dieu de créer la culture et la communauté.

L'enthousiasme pour la ville est particulièrement fort chez les jeunes chrétiens évangéliques, un groupe qui vient encore principalement du centre et de la banlieue. Une génération précédente d'évangéliques a été enthousiasmée par le défi de la mission en Asie ou en Afrique ; aujourd'hui, l'aventure est dans l'implantation urbaine des églises. Les livres sur la théologie de la ville abondent, portant des titres comme The Urban Christian et regorgeant d'arguments scripturaires soutenant une option préférentielle pour la ville. Ils ont popularisé un nouvel ensemble de termes tels que « mission incarnationale » –  l'idée qu'être simplement présent en tant que chrétien dans un quartier urbain, « sans programme », peut servir de témoignage à l'amour du Christ.

Il n'est pas surprenant que de telles tentatives n'atteignent pas toujours la cible, pas plus que les missions du siècle dernier. Les planteurs d'églises sérieux peuvent permettre à leurs bonnes intentions de dépasser leur conscience de soi. Un résident de longue date d'un quartier minoritaire m'a parlé d'un groupe de jeunes blancs dans la vingtaine de la classe moyenne qui discernait un appel à s'installer pour pratiquer un « ministère de présence ». « En fait, dit-il, Jésus a toujours été présent ici, bien avant leur arrivée. » Il appréciait le désir des nouveaux arrivants d'être des disciples radicaux, mais il pensait qu'ils finiraient par voir qu'ils étaient moins susceptibles de catalyser la mission que de la recevoir.

La ville moderne est une concentration électrisante de créativité, d'énergie et de dynamisme culturel. Et c'est encore le « chaudron des amours impures » que saint Augustin a découvert à Carthage il y a un millénaire et demi. C'est l'endroit où les cruautés de Mammon, l'orgueil du pouvoir et les perversions de la luxure se manifestent le plus grossièrement. C'est pourquoi même Keller met en garde les chrétiens contre les dangers d' « aimer la ville » : faites attention à ce que vous aimez. Comme l'a dit le poète William Blake, en 1794, en parcourant Londres :

J'erre dans toutes les rues de la ville,
Près de l'endroit où la Tamise affrétée coule.
Et marque sur chaque visage que je rencontre
Des marques de faiblesse, des marques de malheur. . . .

Comme les Ramoneurs pleurent 
Toutes les églises noires se consternent,
Et les malheureux Soldats soupirent
Il coule dans le sang le long des murs du Palais

Mais j'entends plutôt à minuit dans les rues 
Comment les jeunes Prostituées maudissent
Souffle la larme du Nouveau-né 
Et gâche avec des fléaux le corbillard du Mariage

Exploitation sexuelle, militarisme insensible, fausse religion, avidité légalisée : en ville, Blake diagnostique les symptômes du démon.

Mais la laideur n'est pas le seul visage de la ville. C'est dans la ville, et non dans le pays, que Platon a écrit ses dialogues, Dante La Comédie Divine, et Shakespeare son Lear. Dans la ville, Bach composa La passion selon Saint Matthieu, Haendel Le Messie et Coltrane A Love Supreme. La ville est le lieu de la cathédrale de Chartres et de la Hagia Sophia, de la Médina de Marrakech et du Parc Central à New York. C'est avant tout le lieu où l'homme accomplit le mandat originel de Dieu de créer la culture et la communauté (Gn 1 : 28).

Michelangelo Buonarroti, Plan for a Church,  ca. 1560

Michelangelo Buonarroti, Plan une église, ca. 1560

Pour l'Église chrétienne en particulier, la ville a donné naissance à des mouvements remarquables de renaissance et de renouveau. Aux États-Unis, il s'agit notamment du mouvement de développement communautaire chrétien lancé par les pionniers des droits civiques John et Vera Mae Perkins, sur la base des « trois R » : réinstallation, réconciliation et redistribution. La génération précédente a vu la fondation du mouvement Catholic worker par Dorothy Day et Peter Maurin. Avant eux, il y avait des maisons comme Hull House à Chicago et Kingsley Hall à Londres, ainsi que les coopératives de Toyohiko Kagawa dans les bidonvilles de Tokyo et l‘Armée de Salut de William et Catherine Booth. L'histoire s'étend encore plus tôt jusqu'au XIIIe siècle, jusqu'aux maisons pour les pauvres établies par les Béguines et les Mendiants dans les Pays-Bas et par sainte Elisabeth de Hongrie en Europe centrale. Cela remonte à la naissance de l'Église elle-même : comme l'ont montré des savants comme Wayne Meeks et Alan Kreider, le christianisme primitif était largement un mouvement urbain.

C'est dans cet esprit que nous avons rassemblé ce numéro de La Charrue. Quelques faits saillants : Brandon McGinley décrit comment quelques familles sont devenues plus intentionnelles au sujet de la communauté dans un quartier de Pittsburgh (page 48). Jenny McCartney parle du travail acharné pour la réconciliation dans sa ville natale de Belfast (page 14), tandis que Jose Corpas raconte la lutte d'une femme pour fonder des écoles dans un barrio du Guatemala (page 11).

Enfin, l'histoire des Écritures culmine non pas dans un retour au paradis vert d'Éden, mais dans une ville : la Nouvelle Jérusalem. C'est une ville qui sera à la fois un temple et un jardin, sur lequel dominera l'Arbre de Vie (Ap 22). C'est une ville où, puisque les épées doivent être transformées en socs de charrue, les outils agricoles ne seront pas hors de propos.


Traduit de l'anglais par Allen Page

Presenté par Peter Mommsen Peter Mommsen

Peter Mommsen est rédacteur en chef du magazine La Charrue. Il vit dans le nord de l'État de New York avec sa femme, Wilma, et leurs trois enfants.

En savoir plus
0 Commentaires