Erin Hanson, Desert in Color, detail

Pas uniquement personnel

La conscience et sa restauration

par Eberhard Arnold

April 30, 2021

Autres langues: Deutsch, English

0 Commentaires

L’article suivant:

0 Commentaires
0 Commentaires
    Envoyer

En 1932, à l'époque du déclin de la République de Weimar, le rédacteur fondateur de Plough, Eberhard Arnold, publia une brochure sur la conscience et ses rapports avec la politique et la société. Cet article est adapté d'une nouvelle édition anglaise de cet ouvrage.

La conscience est un organe d'une délicatesse extraordinaire, représentant les sentiments les plus profonds de l'esprit humain. Comme un instrument d'enregistrement sensible, influencé par chaque changement de temps, il est susceptible d'être endommagé par tout choc. Quand nous laissons sans réfléchir les portes de notre vie intérieure ouvertes à l'atmosphère toujours changeante des temps, la conscience risque d'être déséquilibré.

Mais pas seulement à ce moment-là : elle peut être tout aussi égarée par le développement mental et intellectuel. Même une recrudescence de l'activité religieuse peut causer de graves dérangements. La conscience est un facteur d'incertitude, même dans les sphères les plus saintes de la vie. Elle reste malade tant qu'elle n'est pas guérie par la puissance de la vie abandonnée de Jésus. Lié à de faux idéaux, c'est-à-dire à une pensée humaine erronée, il reste peu fiable jusqu'à ce qu'il expérimente la liberté – et affirme sa liberté –, dans la Parole vraie et vitale de Dieu, dans l'Esprit vivant de Jésus-Christ.

Erin Hanson, Desert in Color, detail

Erin Hanson, Desert en couleur (détail)
Illustration avec la permission de Erin Hanson

L'état malsain d'une conscience errante s'exprime par l'anéantissement des autoaccusations, qui peuvent même conduire à la démence. Ici, la conscience réagit au mauvais endroit. Il est typique de tous les faux idéaux et objectifs qu'ils privent la conscience de la certitude de l'essentiel, la liant plutôt à ce qui est secondaire. Tant que d'autres points d'attraction concurrencent le pôle magnétique, l'aiguille de la boussole secoue de façon instable ça et là sans aucune précision.

Cette agitation donne lieu à un jugement hésitant qui, comme un oiseau de proie, cherche une victime. Il y a des cas où une conscience malade ne laisse aucune pensée ni aucune démarche se faire sans la soumettre à des doutes sérieux et à des jugements sévères. Une telle maladie remplit toute la vie de griefs et d'insatisfaction, de flagellation et d'injustice.

Ce n’est que lorsque la conscience qui inflige de telles souffrances sur elle-même expérimente la rémission des péchés par le Christ que la guérison peut être donnée. Ceux à qui on a pardonné beaucoup aiment beaucoup. Ceux qui font l'expérience de l'amour pardonnent beaucoup.

Historiquement, il y avait une tendance à appeler même les réactions les plus saines de la conscience un signe de maladie qui devrait être ignoré, et cette même tendance prévaut encore aujourd'hui sous une nouvelle forme. Elle doit être répudiée de manière décisive. La conscience ne doit jamais être réduite au silence ou méprisée. Au contraire, elle doit être conduite à une splendide santé en étant libérée des faux objectifs et orientée vers le royaume de Dieu. De cette façon, elle sera remplie d'une nouvelle clarté et d'un nouveau contenu, conduisant à une activité vivante dans tous les domaines de la vie embrassés par la conscience – pas seulement dans la vie personnelle, mais dans les questions de responsabilité publique et d'activité professionnelle.

La conscience doit être orientée vers le royaume de Dieu.

Cette purification comprend le fait d'être libéré de ses biens, d'effusion de sang et de mentir, tout autant que d'être purifié dans le domaine du sexe. Pendant et après la[Première] Guerre mondiale, toutes sortes de pratiques commerciales malhonnêtes ont gagné du terrain, même dans des cercles qui avaient depuis longtemps fait preuve d'une certaine fermeté d'instinct moral. Pour une grande partie de la nation allemande, toute défense efficace que la conscience aurait pu avoir contre les puissances de l'enfer avait été détruite – par exemple, par le meurtre politique (justifié comme « autodéfense ») et par une ouverture irréfléchie à permettre une reprise de la guerre et une guerre civile.

Aujourd'hui encore, il n'y a pratiquement aucun malaise réel au sujet de l'injustice de Mammon et de la propriété – une injustice qui, en fait, tue l'amour dans tous les aspects de la vie. Dans la confusion évidente des consciences, il n'est pas surprenant de constater un manque de retenue face aux désirs cupides et aux infidélités effrontées. Cet état critique et turbulent est voué à la destruction ; des signes inquiétants se manifestent de toutes parts. Pendant ce temps, les chefs spirituels expliquent la confusion de plus en plus grande d'une manière si éblouissante que personne ne se sent mal à l'aise.

En christ, la conscience qui était notre ennemie devient notre amie. Auparavant, il devait condamner notre vie ; maintenant, il dit oui à la vie nouvelle qui nous a été donnée en Christ. Libéré de toute impureté par la communauté avec lui, l'esprit humain accepte l'assurance et la certitude données en Jésus Christ. Ainsi, la conscience, en tant que conscience du Christ, devient un représentant de Dieu.

Le chemin de Jésus est l'amour, agapè. Ce genre d'amour est unique. Cela donne une orientation très précise. C'est un chemin, et ce chemin est très clairement tracé. Dans l'expérience de l'amour de Dieu, Jésus-Christ nous conduit aux sommets les plus élevés de la volonté, de la clarté de la reconnaissance et de la force du cœur qui est joie. Il ne le fait pas pour nous. Il veut que nous transmettions les ruisseaux de cette puissance d'amour qui est déversée dans nos cœurs. Ces ruisseaux sont destinés à inonder la terre, révélant le cœur de Dieu et établissant sa gloire.

L'amour abandonne tout ce qu'il possède. La justice du Christ ne mène pas de procès. Elle n'exploite pas l'entreprise d'un intermédiaire ou toute autre entreprise qui est au désavantage d'un autre. Il renonce à tous ses avantages, il sacrifie tous ses privilèges et il ne défend jamais un droit. La justice du Christ ne siège jamais dans un jury, ne prive jamais personne de liberté et ne condamne jamais à mort. Il ne connaît pas d'ennemis et ne combat personne. Il ne fait la guerre à aucune nation et ne tue aucun être humain.

Et pourtant, lorsque cette justice est à l'œuvre, c'est la justice dans sa forme la plus active, la paix dans sa forme la plus énergique et la construction dans sa forme la plus efficace. La somme totale de tout ce qu'il nous est ordonné de faire est d'aimer : aimer avec un cœur pur, une conscience claire et une foi authentique. Pour que l'amour parfait puisse circuler librement, Jésus a montré à la conscience la voie de la communauté responsable en Dieu. C'est la nature essentielle de son royaume et de son église.


Adapté de The Conscience (Plough, 2019), tome 2 du chef-d'œuvre d'Arnold Inner Land. Plough publiera les trois volumes supplémentaires en anglais l'année prochaine. Pour en savoir plus, consultez le site plough.com/innerland.

Traduit de l'anglais par Allen Page

Presenté par Eberhard Arnold Eberhard Arnold

Eberhard Arnold (1883-1935), théologien, éducateur et écrivain allemand, fut le fondateur des communautés Bruderhof.

En savoir plus
0 Commentaires