Gertrude Hermes, Pilgrim’s Progress, woodcut, detail

La cité pèlerine

Une lecture de La cité de Dieu

par Augustin d'Hippone

April 30, 2021

Autres langues: English

0 Commentaires

L’article suivant:

0 Commentaires
0 Commentaires
    Envoyer

Deux amours ont donc fait deux villes. L'amour de soi, jusqu'au mépris de Dieu, a fait la cité terrestre, et l'amour de Dieu, jusqu'au mépris de soi, a fait la cité céleste. Ainsi le premier se glorifie en lui-même, et le second se glorifie dans le Seigneur. Le premier cherche sa gloire auprès des hommes, mais le second trouve sa plus haute gloire en Dieu, le témoin de notre conscience. Le premier lève la tête dans sa propre gloire ; le second dit à son Dieu : Ma gloire, et celui qui lève ma tête (Ps 3 : 4). Dans le premier, la soif de domination domine à la fois ses princes et les nations qu'il soumet ; dans le second, les chefs et les disciples se servent les uns les autres dans l'amour, les chefs par leurs conseils, les disciples par leur obéissance. Le premier aime sa propre force, manifestée dans ses hommes de pouvoir ; le second dit à son Dieu : Je t'aime, Seigneur, ma force (Ps. 18 : 2).

La cité terrestre, qui ne vit pas par la foi, cherche une paix terrestre, et elle établit un accord de commandement et d'obéissance entre ses citoyens afin de susciter une sorte d'accommodement entre les volontés humaines en ce qui concerne les choses qui concernent cette vie mortelle. Et la cité céleste – ou plutôt la partie de celle-ci qui est en pèlerinage dans cette existence mortelle et qui vit par la foi –, doit nécessairement faire usage de cette paix aussi, au moins jusqu'à ce que cette existence mortelle, pour laquelle une telle paix est nécessaire, passe...

Tant que cette ville céleste est un pèlerin sur terre, elle appelle des citoyens de tous les peuples et rassemble une société de pèlerins de toutes les langues. Elle ne se soucie pas des différences dans les manières, les lois et les institutions par lesquelles la paix terrestre est atteinte ou maintenue. Mais elle n'abroge ni n'abolit aucun de ces principes ; elle les préserve et les suit, à condition seulement qu'ils n'interfèrent pas avec la religion qui enseigne que nous devons adorer l'unique Dieu suprême et vrai, car, aussi différents qu'ils puissent être dans différentes nations, ils visent tous la même chose : la paix terrestre. Ainsi, même la ville céleste fait usage de la paix terrestre pendant son pèlerinage.

Gertrude Hermes, Pilgrim’s Progress, woodcut, detail

Gertrude Hermes, Le voyage du pèlerin, gravure sur bois
Illustration de Ross Griff / Flickr


Source: La cité de Dieu (De Civitate Dei) XI–XXII.

Traduit par Allen Page

0 Commentaires