Morning over the bay

La communauté est un don de l'Esprit

par Les Communautés du Bruderhof

April 26, 2021
0 Commentaires

L’article suivant:

0 Commentaires
0 Commentaires
    Envoyer

Extrait des Fondements de notre foi et de notre vocation, la règle de la communauté du Bruderhof, datée de 2015.

Dieu veut rassembler ur cette terre un peuple qui appartienne à sa nouvelle création. Il lui donne la vocation de former une société nouvelle qui rende visible sa justice et sa paix, et dans laquelle disparaît la propriété privée. Ses membres sont unis par un lien de solidarité et d’égalité. Chacun peut dire : tout ce que je possède appartient aussi aux autres, et s’il m’arrivait d’être dans le besoin, ils pourront m’aider. Alors se réalisent ces paroles de Jésus : « Ne vous inquiétez pas, en disant : ‘Qu’allons-nous manger ? qu’allons-nous boire ? de quoi allons-nous nous vêtir ?’ − tout cela, les païens le recherchent sans répit −, il sait bien, votre Père céleste, que vous avez besoin de toutes ces choses. Cherchez d’abord le Royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné par surcroît. » (Mt 6:31–33). 

Artwork by Elise Palmigiani. elise-palmigiani.pixels.com Used with permission.

Œuvres d'Elise Palmigiani. elise-palmigiani.pixels.com Utilisées avec autorisation.

Ce peuple est né à Jérusalem, le jour de la première Pentecôte. Comme le décrit Actes 2 et 4, le Saint-Esprit descendit alors sur les croyants rassemblés après la résurrection de Jésus. C’est ainsi qu’est née la première Église communautaire. Ce qui est arrivé jadis peut se reproduire aujourd’hui quand l’Esprit se répand sur des personnes qui s'assemblent. Elles seront alors remplies d’amour pour le Christ et d’amour les unes pour les autres. Leur communion dans l’amour ira jusqu'au partage de leurs biens, de leurs talents et de leurs vies. Elles porteront ainsi un puissant témoignage à l’Évangile. Telle est notre vocation à vivre dans une Église-communauté.


Source : Les Fondements de notre foi et de notre vocation, Plough, 2015, pp. 5–6.

Traduit de l'anglais par François Caudwell

0 Commentaires