Plough Logo

Old wooden type on a wooden shelf

Peter Riedemann

Detail of the Schloss Ort from the plate entitled Gmunden in Civitates Orbis Terrarum, Vol 5. Drawn by Georg Hoefnagel, engraved by Simon van den Neuwel and published by Georg Braun, 1598, Cologne.
Peter Riedemann (1506-1556) était un pasteur anabaptiste à une époque où les réformateurs de l'église étaient noyés, décapités et brûlés sur le bûcher par milliers pour leur engagement en faveur du baptême des croyants, de la non-violence, du partage économique et de la restauration d'un christianisme néo-testamentaire libre de tout contrôle étatique. L'une des voix les plus éloquentes et les plus fondées sur le plan biblique de la Réforme radicale, il n'avait que vingt-trois ans lorsqu'il rédigea sa confession de foi, L’Exposé de notre Religion, de notre Doctrine et de notre Foidans la pénombre de la tour d'un château autrichien. Riedemann est mort à l'âge de cinquante ans dans une communauté intentionnelle huttérienne de Slovaquie, après avoir passé neuf ans en prison pour sa foi.  Voir la biographie complète

Depuis plus de 450 ans, l’oeuvre de Peter Riedemann (1506-1556) structure la vie et la foi des chrétiens houttériens, soutenant leur aspiration à une vie de disciples du Christ pacifique et communautaire. Elle a amplement contribué au maintien de l’idéal primitif des communautés anabaptistes houttériennes, au long de siècles de persécution ou d’indifférence. Jacob Hutter, mort sur le bûcher le 25 février 1536, n’a eu le temps que de lancer le mouvement qui porte son nom. Peter Riedemann en a été le second fondateur. Il lui a donné son unité avec les éléments dogmatiques et éthiques dont il avait besoin pour s’installer dans la durée.

L’Exposé de notre Religion, de notre Doctrine et de notre Foi représente l’état achevé de sa pensée. Sa rigueur, alliée à son élan prophétique, explique l’attachement que les houttériens ont témoigné à ce traité jusqu’à nos jours. Ce texte a en quelque sorte servi de règle à leurs communautés évangéliques et familiales, qui ne sont pas sans rappeler certaines formes de la vie monastique.