tropical gourds

Qui a vu Jésus-Christ, a vu la vérité divine : car en Jésus-Christ, cette vérité devient histoire ; point de grand dogme qui ne soit un fait de Jésus-Christ, point de grand fait de Jésus-Christ qui ne soit un dogme. Qui a vu Jésus-Christ, a vu la sainteté divine : car en Jésus-Christ, cette sainteté devient action ; l'idéal et le réel se confondent dans l'homme parfait, dont l'exemple fait loi, comme la loi. Qui a vu Jésus-Christ, a vu la puissance divine : car en Jésus-Christ, le surnaturel devient nature ; puisque sans parler des prodiges qu'il sème à pleines mains, le prodige des prodiges est l'existence même de ce Fils de Dieu, vrai Dieu et pourtant vrai homme, vrai homme et pourtant vrai Dieu. Qui a vu Jésus-Christ, a vu l'inspiration divine : car en Jésus-Christ, l'Esprit de Dieu devient esprit propre ; « celui qui vient du ciel rend témoignage » des choses du ciel, comme de choses « qu'il a vues et entendues étant dans le ciel. » Enfin qui a vu Jésus-Christ, a vu Dieu tout entier : car en Jésus-Christ, la révélation devient incarnation ; « c'est lui qui est le vrai Dieu et la vie éternelle, » le vrai Dieu, qui s'est approché de nous, et la vie éternelle, qui a été « entendue, contemplée, palpée, » de ses créatures. Passer de la Parole écrite à la Parole vivante, c'est remonter de la fontaine à la source, du battement au cœur, du signe à l'être, du langage à la vie.

La parole vivante