Morning over the bay

Rosimond et Braminte

par François Fénelon

2 Commentaires
2 Commentaires
2 Commentaires
    Envoyer
  • banzouzi roseline

    c'est une grande leçon de vie , pour ma part tout le monde devrait avoir au quotidien une vertu qui est " l'humilité ". si ce jeune homme n'avait pas eu une once de bon sens, de sagesse et d'humilité ,il se serait servi de cet anneau comme d'une arme en sa faveur... pour ma part chaque jour j'essai et j’essaierai davantage de me comporter en toute humilité et simplicité , en considérant que dieu est seul maître et juge et donc de faire en sorte de vivre selon la bible ( l'amour ,la communion fraternelle... ) c'est le seul conseil que je puisse donner car la vie du seigneur "jésus-christ" est plus qu'un exemple vivant de bon sens , d'amour , de liberté et de paix. donc que chacun fasse très attention à ses paroles , aux actions de chaque jour...

  • Musangu Ntambwe André Marie

    c'est merveilleux, cette histoire surtout les leçons qu'elle véhicule. Rosimond, combinaison de Rose et de Diamand, Quelle pureté de coeur!!!

Il était une fois un jeune homme plus beau que le jour, nommé Rosimond, et qui avait autant d’esprit et de vertu que son frère aîné Braminte était mal fait, désagréable, brutal et méchant.

Leur mère, qui avait horreur de son fils aîné, n’avait d’yeux que pour voir le cadet.

L’aîné, jaloux, invente une calomnie horrible pour perdre son frère : il dit à son père que Rosimond allait souvent chez un voisin, qui était son ennemi, pour lui rapporter tout ce qui se passait au logis, et pour lui donner le moyen d’empoisonner son père.

Le père, fort emporté, battit cruellement son fils, le mit en sang, puis le tint trois jours en prison, sans nourriture, et enfin le chassa de sa maison, en le menaçant de le tuer s’il revenait jamais.

La mère épouvantée n’osa rien dire ; elle ne fit que gémir.

L’enfant s’en alla pleurant, et ne sachant où se retirer, il traversa sur le soir un grand bois : la nuit le surprit au pied d’un rocher ; il se mit à l’entrée d’une caverne, sur un tapis de mousse où coulait un clair ruisseau, et il s’y endormit de lassitude.

Au point du jour, en s’éveillant, il vit une belle femme, montée sur un cheval gris, avec une housse en broderie d’or, qui paraissait aller à la chasse.

« N’avez-vous point vu passer un cerf et des chiens ? » lui dit-elle.

Il répondit que non.

Puis elle ajouta : « Il me semble que vous êtes affligé. Qu’avez-vous ? lui dit-elle. Tenez, voilà une bague qui vous rendra le plus heureux et le plus puissant des hommes, pourvu que vous n’en abusiez jamais. Quand vous tournerez le diamant en dedans, vous serez d’abord invisible ; dès que vous le tournerez en dehors, vous paraîtrez à découvert. Quand vous mettrez l’anneau à votre petit doigt, vous paraîtrez le fils du roi, suivi de toute une cour magnifique ; quand vous le mettrez au quatrième doigt, vous paraîtrez dans votre figure naturelle. »

Aussitôt le jeune homme comprit que c’était une fée qui lui parlait.

Après ces paroles, elle s’enfonça dans le bois.

Pour lui, il s’en retourna aussitôt chez son père, avec impatience de faire l’essai de sa bague.

Il vit et entendit tout ce qu’il voulut, sans être découvert.

Il ne tint qu’à lui de se venger de son frère, sans s’exposer à aucun danger.

Il se montra seulement à sa mère, l’embrassa, et lui dit toute sa merveilleuse aventure.

Ensuite, mettant l’anneau enchanté à son petit doigt, il parut tout à coup comme le prince fils du roi, avec cent beaux chevaux, et un grand nombre d’officiers richement vêtus.

Son père fut bien étonné de voir le fils du roi dans sa petite maison ; il était embarrassé, ne sachant quels respects il devait lui rendre.

Alors Rosimond lui demanda combien il avait de fils.

« Deux, répondit le père. – Je les veux voir, faites-les venir tout à l’heure, lui dit Rosimond ; je les veux emmener tous les deux à la cour pour faire leur fortune. »

Le père, timide, répondit en hésitant : « Voilà l’aîné que je vous présente. – Où est donc le cadet ? je le veux voir aussi, dit encore Rosimond. – Il n’est pas ici, dit le père. Je l’avais châtié pour une faute, et il m’a quitté. »

Alors Rosimond lui dit : « Il fallait l’instruire, mais non pas le chasser. Donnez-moi toujours l’aîné ; qu’il me suive. Et vous, dit-il, parlant au père, suivez deux gardes qui vous conduiront au lieu que je leur marquerai. »

Aussitôt deux gardes emmenèrent le père ; et la fée dont nous avons parlé l’ayant trouvé dans une forêt, elle le frappa d’une verge d’or, et le fit entrer dans une caverne sombre et profonde, où il demeura enchanté.

« Demeurez-y, dit-elle, jusqu’à ce que votre fils vienne vous en tirer. »

Cependant le fils alla à la cour du roi, dans un temps où le jeune prince s’était embarqué pour aller faire la guerre dans une île éloignée.

Il avait été emporté par les vents sur des côtes inconnues, où, après un naufrage, il était captif chez un peuple sauvage.

Rosimond parut à la cour comme s’il eût été le prince qu’on croyait perdu, et que tout le monde pleurait.

Il dit qu’il était revenu par le secours de quelques marchands, sans lesquels il serait péri.

Il fit la joie publique.

Le roi parut si transporté, qu’il ne pouvait parler, et il ne se lassait point d’embrasser ce fils qu’il avait cru mort.

La reine fut encore plus attendrie.

On fit de grandes réjouissances dans tout le royaume.

Un jour, celui qui passait pour le prince dit à son véritable frère : « Braminte, vous voyez que je vous ai tiré de votre village pour faire votre fortune ; mais je sais que vous êtes un menteur, et que vous avez, par vos impostures, causé le malheur de votre frère Rosimond : il est ici caché. Je veux que vous parliez à lui, et qu’il vous reproche vos impostures. »

Braminte, tremblant, se jeta à ses pieds, et lui avoua sa faute.

« N’importe, dit Rosemond, je veux que vous parliez à votre frère, et que vous lui demandiez pardon. Il sera bien généreux s’il vous pardonne. Il est dans mon cabinet, où je vous le ferai voir tout à l’heure. Cependant je m’en vais dans une chambre voisine, pour vous laisser librement avec lui. »

Braminte entra, pour obéir, dans le cabinet.

Aussitôt Rosimond changea son anneau, passa dans cette chambre, et puis il entra par une autre porte de derrière, avec sa figure naturelle, dans le cabinet, où Braminte fut bien honteux de le voir.

Il lui demanda pardon, et lui promit de réparer toutes ses fautes.

Rosimond l’embrassa en pleurant, lui pardonna, et lui dit : « Je suis en pleine faveur auprès du prince ; il ne tient qu’à moi de vous faire périr, ou de vous tenir toute votre vie dans une prison ; mais je veux être aussi bon pour vous que vous avez été méchant pour moi. »

Braminte, honteux et confondu, lui répondit avec soumission, n’osant lever les yeux ni le nommer son frère.

Ensuite Rosimond fit semblant de faire un voyage secret, pour aller épouser une princesse d’un royaume voisin : mais, sous ce prétexte, il alla voir sa mère, à laquelle il raconta tout ce qu’il avait fait à la cour, et lui donna, dans le besoin, quelque petit secours d’argent ; car le roi lui faisait prendre tout celui qu’il voulait ; mais il n’en prenait jamais beaucoup.

Cependant il s’éleva une furieuse guerre entre le roi et un autre roi voisin, qui était injuste et de mauvaise foi.

Rosimond alla à la cour du roi ennemi, entra, par le moyen de son anneau, dans tous les conseils secrets de ce prince, demeurant toujours invisible.

Il profita de tout ce qu’il apprit des mesures des ennemis : il les prévint et les déconcerta en tout ; il commanda l’armée contre eux ; il les défit entièrement dans une grande bataille, et conclut bientôt avec eux une paix glorieuse, à des conditions équitables.

Le roi ne songeait qu’à le marier avec une princesse héritière d’un royaume voisin, et plus belle que les Grâces.

Mais un jour, pendant que Rosimond était à la chasse dans la même forêt où il avait autrefois trouvé la fée, elle se présenta à lui : « Gardez-vous bien, lui dit-elle d’une voix sévère, de vous marier, comme si vous étiez le prince ; il ne faut tromper personne : il est juste que le prince pour qui l’on vous prend revienne succéder à son père. Allez le chercher dans une île où les vents que j’enverrai enfler les voiles de votre vaisseau vous mèneront sans peine. Hâtez-vous de rendre ce service à votre maître, contre ce qui pourrait flatter votre ambition, et songez à rentrer en homme de bien dans votre condition naturelle. Si vous ne le faites, vous serez injuste et malheureux ; je vous abandonnerai à vos anciens malheurs. »

Rosimond profita sans peine d’un si sage conseil.

Sous prétexte d’une négociation secrète dans un État voisin, il s’embarqua sur un vaisseau, et les vents le menèrent d’abord dans l’île où la fée lui avait dit qu’était le vrai fils du roi.

Ce prince était captif chez un peuple sauvage, où on lui faisait garder des troupeaux.

Rosimond, invisible, l’alla enlever dans les pâturages où il conduisait son troupeau ; et, le couvrant de son propre manteau, qui était invisible comme lui, il le délivra des mains de ces peuples cruels.

Ils s’embarquèrent.

D’autres vents, obéissant à la fée, les ramenèrent ; ils arrivèrent ensemble dans la chambre du roi.

Rosimond se présenta à lui et lui dit : « Vous m’avez cru votre fils, je ne le suis pas ; mais je vous le rends : tenez, le voilà lui-même. »

Le roi, bien étonné, s’adressa à son fils et lui dit : ” N’est-ce pas vous, mon fils qui avez fait glorieusement la paix ? ou bien est-il vrai que vous avez fait un naufrage, que vous avez été captif, et que Rosimond vous a délivré ? – Oui, mon père, répondit-il. C’est lui qui est venu dans le pays où j’étais captif. Il m’a enlevé ; je lui dois la liberté et le plaisir de vous revoir. C’est lui, et non pas moi à qui vous devez la victoire. ”

Le roi ne pouvait croire ce qu’on lui disait : mais Rosimond, changeant sa bague, se montra au roi sous la figure du prince ; et le roi, épouvanté, vit à la fois deux hommes qui lui parurent tous deux ensemble son même fils.

Alors il offrit, pour tant de services des sommes immenses à Rosimond, qui les refusa ; il demanda seulement au roi la grâce de conserver à son frère Braminte une charge qu’il avait à la cour.

Pour lui, il craignit l’inconstance de la fortune, l’envie des hommes et sa propre fragilité : il voulut se retirer dans son village avec sa mère, où il se mit à cultiver la terre.

La fée, qu’il revit encore dans les bois, lui montra la caverne où son père était, et lui dit les paroles qu’il fallait prononcer pour le délivrer ; il prononça avec une très-sensible joie ces paroles ; il délivra son père, qu’il avait depuis longtemps impatience de délivrer, et lui donna de quoi passer doucement sa vieillesse.

Rosimond fut ainsi le bienfaiteur de toute sa famille, et il eut le plaisir de faire du bien à tous ceux qui avaient voulu lui faire du mal.

Après avoir fait les plus grandes choses pour la cour, il ne voulut d’elle que la liberté de vivre loin de sa corruption.

Pour comble de sagesse, il craignit que son anneau ne le tentât de sortir de sa solitude, et ne le rengageât dans les grandes affaires : il retourna dans les bois où la fée lui avait apparu si favorablement.

Il allait tous les jours auprès de la caverne où il avait eu le bonheur de la voir autrefois, et c’était dans l'espérance de l’y revoir.

Enfin, elle s’y présenta encore à lui, et il lui rendit l’anneau enchanté.

« Je vous rends, lui dit-il, un don d’un si grand prix, mais si dangereux, et duquel il est facile d’abuser. Je ne me croirai en sûreté que quand je n’aurai plus de quoi sortir de ma solitude avec tant de moyens de contenter toutes mes passions. »

Pendant que Rosimond rendait cette bague, Braminte, dont le méchant naturel n’était point corrigé, s’abandonnait à toutes ses passions, et voulut engager le jeune prince, qui était devenu roi, à traiter indignement Rosimond.

La fée dit à Rosimond : « Votre frère, toujours imposteur, a voulu vous rendre suspect au nouveau roi, et vous perdre : il mérite d’être puni, et il faut qu’il périsse. Je m’en vais lui donner cette bague que vous me rendez. »

Rosimond pleura le malheur de son frère ; puis il dit à la fée : « Comment prétendez-vous le punir par un si merveilleux présent ? il en abusera pour persécuter tous les gens de bien, et pour avoir un puissance sans bornes. – Les mêmes choses, répondit la fée, sont un remède salutaire aux uns, et un poison mortel aux autres. La prospérité est la source de tous les maux pour les méchants. Quant on veut punir un scélérat, il n’y a qu’à le rendre bien puissant, pour le faire périr bientôt. »

Elle alla ensuite au palais ; elle se montra à Braminte sous la figure d’une vieille femme couverte de haillons ; elle lui dit : « J’ai tiré des mains de votre frère la bague que je lui avais prêtée, et avec laquelle il s’était acquis tant de gloire : recevez-là de moi, et pensez bien à l’usage que vous en ferez. »

Braminte répondit en riant : « Je ne ferai pas comme mon frère, qui fut assez insensé pour aller chercher le prince, au lieu de régner en sa place. »

Braminte, avec cette bague, ne songea qu’à découvrir le secret de toutes les familles, qu’à commettre des trahisons, des meurtres et des infamies, qu’à écouter les conseils du roi, qu’à enlever les richesses des particuliers.

Ses crimes invisibles étonnèrent tout le monde.

Le roi, voyant tant de secrets découverts, ne savait à quoi attribuer cet inconvénient ; mais la prospérité sans bornes et l’insolence de Braminte lui firent soupçonner qu’il avait l’anneau enchanté de son frère.

Pour le découvrir, il se servit d’un étranger d’une nation ennemie, à qui il donna une grande somme.

Cet homme vint la nuit offrir à Braminte, de la part du roi ennemi, des biens et des honneurs immenses, s’il voulait lui faire savoir par des espions tout ce qu’il pourrait apprendre des secrets de son roi.

Braminte promit tout, alla même dans un lieu où on lui donna une somme très-grande pour commencer sa récompense.

Il se vanta d’avoir un anneau qui le rendait invisible.

Le lendemain, le roi l’envoya chercher, et le fit d’abord saisir.

On lui ôta l’anneau, et on trouva sur lui plusieurs papiers qui prouvaient ses crimes.

Rosimond revint à la cour pour demander la grâce de son frère, qui lui fut refusée.

On fit mourir Braminte ; l’anneau lui fut plus funeste qu’il n’avait été utile à son frère.

Le roi, pour consoler Rosimond de la punition de Braminte, lui rendit l’anneau, comme un trésor d’un prix infini.

Rosimond, affligé, n’en jugea pas de même : il retourna chercher la fée dans les bois.

« Tenez, lui dit-il, votre anneau. L’expérience de mon frère m’a fait comprendre ce que je n’avais pas bien compris d’abord, quand vous me le dites. Gardez cet instrument fatal de la perte de mon frère. Hélas ! il serait encore vivant ; il n’aurait pas accablé de douleur et de honte la vieillesse de mon père et de ma mère ; il serait peut-être sage et heureux, s’il n’avait jamais eu de quoi contenter ses désirs. Oh ! qu’il est dangereux de pouvoir plus que les autres hommes ! Reprenez votre anneau : malheur à ceux à qui vous le donnerez ! L’unique grâce que je vous demande, c’est de ne le donner jamais à aucune des personnes pour qui je m’intéresse. »


Image: Anneau en or, une partie da la Dumfriesshire Hoard, par Derek McLennan et Martin McSweeney.

A gold ring.
Vous avez un commentaire? Rejoignez la conversation ! 2 Commentaires
2 Commentaires