Morning over the bay

Une histoire de pardon

par Johann Christoph Arnold

Autres langues: Deutsch, español, العربية, English

0 Commentaires
0 Commentaires
0 Commentaires
    Envoyer

Au moment où la France chancelle sous l'impact des évènements à Paris cette semaine, nous trouvons que  l’histoire de Christian de Chergé et les moines de Tibhirine est remarquablement pertinente – histoire de grâce et pardon qui peut nous réconforter dans ce temps triste et nous donner courage pour le futur.

J’ai récemment entendu l’histoire remarquable de quelqu’un qui a non seulement pardonné à ses bourreaux mais qui a pardonné avant les faits. En mai 1996, le GIA – Groupe Islamiste Armé – kidnappa sept des frères trappistes de James dans les montagnes de l’Atlas algérien et déclara les garder en otages jusqu’à ce que la France relâche certains de leurs compatriotes emprisonnés. Quand le gouvernement français refusa d’accéder à leur demande, ils égorgèrent les sept moines.

La France entière fut horrifiée. Dans toutes les églises catholiques du pays, on sonna les cloches en même temps en mémoire des moines assassinés. Ce qui m’a le plus frappé, cependant, fut un événement qui, deux ans auparavant, laissait discrètement présager la tragédie. Le prieur du monastère en Algérie, Christian de Chergé, ayant eu l’étrange prémonition qu’il mourrait bientôt de mort violente, rédigea une lettre dans laquelle il pardonnait à ses futurs assassins. Il cacheta son testament et le confia à sa mère, en France. La lettre ne fut ouverte qu’après sa mort. En voici quelques extraits :

S'il m'arrivait un jour – et ça pourrait être aujourd'hui – d'être victime du terrorisme qui semble vouloir englober maintenant tous les étrangers vivant en Algérie, j'aimerais que ma communauté, mon Église, ma famille, se souviennent que ma vie était donnée à Dieu et à l’Algérie. Qu'ils acceptent que le Maître Unique de toute vie ne saurait être étranger à ce départ brutal.

J'aimerais, le moment venu, avoir ce laps de lucidité qui me permettrait de solliciter le pardon de Dieu et celui de mes frères en humanité, en même temps que de pardonner de tout cœur à qui m'aurait atteint. Je ne saurais souhaiter une telle mort. Il me paraît important de le professer. Je ne vois pas, en effet, comment je pourrais me réjouir que ce peuple que j'aime soit indistinctement accusé de mon meurtre.

Ma mort, évidemment, paraîtra donner raison à ceux qui m'ont rapidement traité de naïf, ou d'idéaliste : "Qu'il dise maintenant ce qu'il en pense !". Mais ceux-là doivent savoir que […] pour cette vie perdue, je rends grâce à Dieu. Dans ce ‘Merci’ où tout est dit, désormais, de ma vie, je t’inclus bien sûr, toi aussi, l'ami de la dernière minute, qui n'aura pas su ce que tu faisais. […] Oui, pour toi aussi je le veux ce MERCI, et cet « A-DIEU » envisagé de toi. Et qu'il nous soit donné de nous retrouver, larrons heureux, en paradis, s'il plaît à Dieu, notre Père à tous deux.

Qui était Christian de Chergé et d’où jaillissait la source de ses convictions sur  la paix et le pardon ? D’après un livre traitant de son ordre religieux, The Monks of Tibhirine (Les moines de Tibhirine), tout a commencé en 1959, lorsque de Chergé fut envoyé en Algérie avec les forces de « maintien de la paix » de l’armée française. Au cours de cette période de service militaire, il se lia d’amitié avec Mohammed, un policier musulman ; ils se promenaient ensemble chaque semaine pour parler de politique, de culture et de théologie. De Chergé raconta l’histoire suivant sur son amitié avec Mohammed :

Depuis qu'un jour il m'a demandé, tout à fait à l'improviste, de lui apprendre à prier, Mohammed a pris l'habitude de s'entretenir avec moi. C'est un voisin. Nous avons ainsi une longue histoire de partage. […] Un jour, il trouva la formule pour solliciter un rendez-vous : « Creusez notre puits ! » […] Une fois, par mode de plaisanterie, je lui posai la question : ''Qu'est-ce que nous allons trouver ? De l'eau musulmane ou de l'eau chrétienne ?'' Il m'a regardé, mi-rieur, mi-chagriné : « nous marchons ensemble, et tu me poses cette question...tu sais, au fond de ce puits-là, ce que je trouve : c'est l'eau de Dieu ! »

Un sujet qui revenait souvent était celui de  la relation tendue entre l’Algérie de Christian de Chergé (des colonisateurs français) et celle des musulmans (de la population indigène). Pendant l’une de ces promenades, un escadron de rebelles algériens tendit une embuscade aux deux hommes. De Chergé, en treillis, crut sa dernière heure arrivée. Mais Mohammed se plaça entre son ami et ses agresseurs, en leur disant de le laisser tranquille : « C’est un saint ! »

A leur étonnement, les agresseurs les laissèrent partir. Mais cet acte courageux coûta la vie à Mohammed : on le retrouva assassiné dans la rue le lendemain. De Chergé resta longtemps bouleversé par cet épisode – et changea complètement sa vie. Il décida de consacrer sa vie à Dieu et à la défense de la cause de la paix. Une fois son service militaire terminé, il retourna en France et s’engagea dans un monastère trappiste. Plus tard, alors qu’il étudiait en vue de devenir prêtre, il demanda à être envoyé sur un site algérien. Sa requête fut accordée et il revint en Algérie. Il devint, par la suite, le chef ecclésiastique d’une zone rurale dans les montagnes de l'Atlas.

En tant  qu’abbé, de Chergé prenait des décisions qui étaient considérées comme insolites et imprudentes par ses supérieurs outre-mer. Au lieu d’un simple programme d’évangélisation, il offrait aux habitants de la région des emplois, des soins médicaux et des leçons d’alphabétisation et de français. Il organisa aussi une rencontre interreligieuse annuelle, afin de promouvoir un dialogue entre musulmans et chrétiens. Il proposa même à des musulmans de rester dans l’enceinte de l’Abbaye Notre-Dame de l’Atlas, son monastère. Ce faisant, de Chergé voulait montrer au monde que musulmans et chrétiens peuvent vivre ensemble sous un seul Dieu, un seul Allah. Il expliquait que la seule façon de rendre témoignage est d’être ce que nous sommes dans la banalité des réalités quotidiennes.

Avec le temps, malgré les efforts de de Chergé – ou peut-être à cause d’eux ? – les militants du GIA prirent ombrage des trappistes ; ils considéraient qu’ils se mêlaient de ce qui ne les regardait pas. Finalement, les moines furent enlevés, retenus comme otages, puis assassinés. Pour beaucoup de personnes, la mort de de Chergé n’a fait que confirmer les pires stéréotypes de l’Islam. Mais pour lui, ce ne fut que le prix que pouvait attendre un artisan de paix.


Extrait du livre Pourquoi pardonner ?

Christian de Chergé Christian de Chergé
Vous avez un commentaire? Rejoignez la conversation ! 0 Commentaires
Presenté par Johann Christoph Arnold Johann Christoph Arnold

Conférencier et auteur réputé sur les thèmes du mariage, de la parentalité, de l’éducation, de la résolution de conflits, et des questions liées à la fin de la vie, Arnold est pasteur au sein des communautés Bruderhof, un mouvement de communautés chrétiennes.

En savoir plus
0 Commentaires