Brown paint strokes

Le mystère de la repentance

par Fyodor Dostoïevski

10 Commentaires
10 Commentaires
10 Commentaires
    Envoyer
  • Carole Vanderhoof

    comment

  • ANDELE Tossou Alassani

    Oui, le mystère du pardon recèle le Mystère de l'amour. Comment un Dieu si bon a-t-il pu penser à un être si mauvais, si méprisable, si dédaignable. Un mystère insondable, l'Amour infini d'un Dieu infini pour un être fini comme moi. Gloire à Dieu qui a tout donné par amour pour moi. C'est un mystère, vraiment un mystère.

  • TOH-BI

    C'est le mystère de la repentance qui nous ouvre les portes du Royaumes de l'Eternel.

  • MEBARA NOMO Jèrôme

    La mort est un saut dans le vide! à l'approche de la mort, l'homme est épris de peur et se repent parce qu'il ne sait pas où il va. on raconte que Sartre aurait affirmé, au seuil de la mort, avoir choisi d'être athée parce qu'il voulait avoir un nom. c'est aussi pour la même raison que Voltaire déclare qu'il préfère croire que Dieu existe et qu'il n'existât pas; car si c'est le contraire, il ne sait ce qu'il deviendrait après la mort. seulement, il y a lieu de se demander si les hommes, sachant que Dieu est miséricordieux et souhaite la conversion du pécheur, ne vont pas persévérer dans le mal, pour se repentir après.

  • jean Mary

    je veux avoir ce livre

  • Musangu

    C'est merveilleux. Quel bon message à véhiculer par tous les enfants de Dieu. Quel réconfort pour nous tous que de savoir que l'amour de Notre Père est sa seule faiblesse. Alléluia .

  • NZATSI Alain Christian

    bnjr chèr amis chrétiens et frères dans la foi c'est bien la confession des péchés peut-on se souvenir de tous nos péchés? je suis sûre que non alors que faut-il faire ? Il est mieux de lire le livre d'Esaïe 55:8 car vos pensées ne sont pas mes pensées et vos voies ne sont pas mes voies si bien le ciel est élévé au-dessus de la terre ainsi les pensées de Dieu sont élévés au-dessus de l'homme, en suite prenez toujours Esaïe 45:5 je vous ais préparé au combat sans que tu ne me connusses dit L'Eternel, aux versets suivants 6;7 à 8 lisez bonne lecture cherché la voie du salut par la répentence et entré dans sa grâce car tout est grâce

  • peter kaps

    j'ai vais confesser mes péchés

  • Gueugbé GOMAN

    C'est extraordinaire! Vous avez des livres fabuleux. C'est une institution qui aide beaucoup ceux qui aiment lire. Je vous en suis reconnaissant. Merci.

  • rojo

    Tant qu'on est en vie , nous avons le choix de repentir vraiment et de ne plus commettre le peche afin de vivre dans la saintete par le Saint Esprit que Dieu donne a ceux qui le demandent et c' est sans limite , alors demandons plus

Il y a des secrets que Dieu seul, en son grand amour, puisse connaître. Le mystère de la repentance est un de ces secrets. Dostoïevski exprime ceci avec force dans son roman Les Frères Karamazov, au travers du Père Zossima, personnage qui nous rappelle le Christ.

Père Zossima avait déjà remarqué dans la foule deux yeux brillants, qui le fixaient. Une jeune femme paysanne qui semblait malade et exténuée, bien que très jeune, le contemplait en silence. Ses yeux l’imploraient, mais elle n’osait pas approcher.

« Qu’y a-t-il, mon enfant ?

–Absous mon âme, mon Père, dit-elle très bas, et, tombant sur les genoux à ses pieds, « J’ai péché, mon père. J’ai peur de mon péché. »

Le Père s’assit sur la marche, et la jeune femme s’approcha sur les genoux.

« Je suis veuve depuis trois ans, dit-elle, très bas, en tremblant. Ma vie a été dure avec mon mari. Il était vieux. Il me battait souvent, cruellement. Il gisait là, malade ; j’ai pensé, en le contemplant, s’il allait se lever...

–Ne dis plus rien ! dit le Père, mettant un doigt sur ses lèvres. La femme continua, en chuchotant, presque impossible à entendre. Elle a bientôt fini.

–Et, il y a trois ans de ceci ? demanda le Père.

–Trois ans. D’abord, je n’y ai plus pensé, mais maintenant que je suis malade, la pensée ne me quitte pas.

–Venez-vous de très loin ?

–De 300 kilomètres.

–Est-ce que vous l’avez confessé ?

–Oui. Je l’aie confessé deux fois.

–Avez-vous été acceptée à la confession ?

–Oui. J’ai peur de mourir.

–Ne craignez rien ; n’ayez aucun souci. Si seulement votre pénitence est vraie, Dieu pardonne tout. Il n’y a aucun péché, et il ne peut y avoir de péché sur toute la terre, que le Seigneur ne puisse pardonner à celui qui se repente sérieusement ! On ne peut pas commettre un péché si grand, qu’il puisse épuiser l’amour infini de Dieu. Y aurait-il un péché qui puisse dépasser l’amour de Dieu ? Pensez seulement au repentir, repentir continu, mais renvoyez votre crainte. Croyez à l’amour de Dieu pour vous, amour incroyable ; qu’Il vous aime avec votre péché, en votre péché. On a même entendu dire, qu’il y a plus de joie au ciel, sur la conversion d’un pécheur qui se repente, que sur dix personnes vertueuses.

» N’ayez aucune crainte. Ne soyez pas dur avec vos semblables. Ne soyez pas fâché, si vous subissez du tort. Pardonnez aux morts les torts que vous avez reçus. Soyez réconciliés avec eux, en toute vérité. Si vous êtes pénitents, vous aimez. Si vous aimez, vous appartenez à Dieu. Tout est expié, tout est sauvé, par l’amour. Si, moi, un pécheur, comme vous, soit tendre avec vous, et aie pitié de vous, combien plus le sera notre Dieu ! L’amour est un tel trésor précieux, qu’il puisse sauver le monde entier, et expier, non seulement vos péchés, mais les péchés des autres aussi. »


Image: L'anachorète par Franciszek Ejsmond (Wikimedia Commons)

L'anachorète par Franciszek Ejsmond (Wikimedia Commons)
Vous avez un commentaire? Rejoignez la conversation ! 10 Commentaires
10 Commentaires