sunpath on the sea

La prière – le seul remède

par Sophie Scholl

7 Commentaires
7 Commentaires
7 Commentaires
    Envoyer
  • Chalono

    Nous recherchons tous du réconfort dans la prière et ces exemples que vous donner fortifie notre foi Merci

  • SANGU

    je crois que ce vous dites va nourir la foi de mon n'eglise

  • zokou arnaud

    oui! la vrais façon d’être en paix et de communiquer avec Dieu c'est par la prière je me sans plus quand je suis dans un moment de prière .merci.

  • TUMBA

    je suis unlecteur de la bible et aime cette version

  • ANDELE Tossou Alassani

    Oui, le remède est un véritable remède à tel point qu'il nous est souvent difficile de l'utiliser. Le Seigneur lui-même nous a laissé un exemple à Gethsémané. Même si le Seigneur semble loin, il n'est cependant pas sourd. Même s'il ne nous répond pas selon nos attentes, il répond quand même selon ce qui est réellement bon pour nous, pour sa seule gloire. Oui, il est mieux pour nous que Dieu nous réponde pour sa gloire.

  • Musangu Ntambwe

    Oui. Tu as raison très chère petite sœur . Le mystère de la prière est aussi dans la paix qu'elle procure. Dans l'espérance que quelqu'un qui a la solution vous a écouté et disposé à vous répondre . Le Seigneur, dans l'angoisse de sa mort a recouru à la prière, Il a été consolé . Il nous consolera aussi.il n'y a pas de prières plus parfaites que d'autres. Il y a le cœur qui se penche vers son Dieu. Merci

  • TEBLEKOU Eric

    recevoir les articles récents

Sophie Scholl n’avait que 21 ans lorsqu’elle a été incarcérée en raison de son activité dans « La Rose Blanche », mouvement de résistance contre Hitler. Pendant son emprisonnement à Munich, elle a écrit le suivant à son ami, Fritz, au front Russe. Quelques jours après, elle a été exécutée.

Le seul remède pour un cœur aride, c’est la prière, même si celle-ci soit pauvre et inadéquate.... Il nous faut prier, prier les uns pour les autres, et si tu étais là, je prierais avec toi, car nous sommes pauvres et faibles, des enfants pécheurs. Oh Fritz, si je ne puis écrire autre chose en ce moment, c’est seulement parce que c’est une terrible absurdité si un homme qui est en train de se noyer, au lieu d’appeler au secours, commence une dissertation scientifique, philosophique, ou théologique pendant que les tentacules sinistres des créatures du fond de la mer encerclent ses bras et jambes, et que les vagues déferlent sur lui. C’est simplement parce que je suis pleine de crainte, rien d’autre, et que je ressens un désir ardent envers Lui, le seul qui puisse me soulager.

Je suis encore si loin de Dieu que je ne sens même pas sa présence lorsque je prie. Parfois, si je prononce Son nom, il me semble que je sombre dans le vide. Ce n’est pas une sensation alarmante, ou qui me donne le vertige, ce n’est rien du tout – et cela est d’autant plus terrible. Mais la prière est le seul remède, et, même si une légion de diables se débattent en moi, je tiens ferme à la corde de sauvetage que Dieu m’a jeté, même si mes mains engourdies ne le sentent plus.


Extrait du livre Des cris du cœur par Johann Christoph Arnold.

Image: morgueFile

A hand leaning on a rock that has white roots running over it.
Vous avez un commentaire? Rejoignez la conversation ! 7 Commentaires
7 Commentaires