Old olive tree

Obéissance – le salut de l’éducation

par Adolphe Monod

0 Commentaires
0 Commentaires
0 Commentaires
    Envoyer

Puis il descendit avec eux pour aller à Nazareth et il leur était soumis. Sa mère gardait précieusement toutes ces choses dans son cœur. 52 Jésus grandissait en sagesse, en taille et en grâce devant Dieu et devant les hommes. (Luc 2.51-52)

Ces mots rappellent le témoignage rendu par l'Ancien Testament à l'enfance de Samuel : « Le jeune garçon Samuel croissait, et il était agréable à l’Éternel et aux hommes » (1 Samuel 2.26), offrent une ressemblance frappante avec le verset 40, où nous avons trouvé dépeinte sa première enfance. Seulement il fait connaître que les dispositions morales que nous avons admirées dans cet enfant allaient croissant avec l'âge, aussi bien que la faveur qu'elles lui faisaient trouver auprès de Dieu et des hommes. Le même esprit qui a présidé à l'enfance de Jésus, préside encore à sa jeunesse ; il s'y développe d'année en année, et c'est à ce juste idéal que s'applique tout spécialement cette belle image des Proverbes : « Le « sentier du juste est comme la lumière resplendissante dont l'éclat va croissant jusqu'au milieu du jour. » Mais il y a dans l'avant-dernier verset de notre texte un mot qui réclame toute notre attention : « Et il leur était soumis. »

Après la scène qui venait de se passer dans le temple, et après l'impression vague que Jésus venait de donner au monde de sa vocation céleste, et à ses parents en particulier (vv. 50-51), on pourrait croire que la nature de ses rapports avec eux sera désormais modifiée par le sentiment de sa supériorité. Ainsi en juge la sagesse humaine ; mais ici encore, la sagesse humaine est en défaut. Jésus, qui n'avait paru s'écarter un moment du tendre respect qu'il témoignait à ses parents que pour obéir à un appel d'en haut, rentre aussitôt après dans son obscurité et dans son obéissance ordinaire, et se montre plus soumis que jamais. Que ce trait est merveilleux ! Qu'il l'est surtout en cette place – et quel discours, quels arguments en pourraient dire autant sur l'obéissance que les enfants doivent aux pères ! Si le Fils unique et bien-aimé de Dieu a été soumis ; si celui en qui il ne s'est point trouvé de péché a été soumis ; si celui qui a été dès le commencement avec Dieu, qui était Dieu, a été soumis; — quel enfant, quel jeune homme, quelle jeune fille, refuserait d'être soumis à son père et à sa mère ? Enfants, jeunes gens, jeunes filles, qui souhaitez de ressembler à Jésus, sachez donc bien qu'après ce que vous devez à Dieu, vous n'avez pas d'obligation plus sacrée au monde, vous n'avez pas de moyen plus assuré d'attirer sur vous la faveur de Dieu et des hommes, que d'obéir à vos parents. « Enfants, dit l'apôtre saint Paul, obéissez, en notre Seigneur, à vos parents, car cela est juste ». Juste, devant Dieu ; juste, devant les hommes ; juste, devant votre propre conscience.

Aussi, continue le saint Apôtre, ce commandement : Honore ton père et ta mère, « est le premier », et de plus il est « avec promesse; afin qu'il te soit bien et que tu vives longtemps sur la terre », comme si Dieu l'avait voulu distinguer et élever au-dessus de tous les autres. Cela signifie que ce commandement est d'abord le premier, et en outre accompagné d'une promesse. Saint Paul l'appelle le premier, parce qu'il ne s'occupe ici que de la seconde table de la loi, renfermant les devoirs envers le prochain, comme il paraît le faire aussi Romains 13.9, 10. On a coutume d'expliquer autrement la pensée de l'Apôtre. On suppose qu'il veut dire que le commandement qu'il vient de rappeler est, entre tous les dix commandements, le premier qui soit accompagné d'une promesse. Mais cette interprétation présente deux difficultés : la première, c'est qu'un des commandements qui précèdent celui-là, le second, est accompagné d'une promesse ; la seconde, c'est qu'aucun des commandements qui le suivent n'est dans ce cas. Si c'est le premier commandement accompagné d'une promesse, où est le second ?

Mais je m'écarte : ce n'est pas aux enfants que je m'adresse aujourd'hui, c'est à vous, pères et mères. Or, voici la nouvelle leçon que ceci vous donne : élevez vos enfants dans la soumission. La soumission, c'est l'âme, c'est la vie, c'est le salut de l'éducation. Vos enfants n'ont pas assez d'expérience pour comprendre tout ce qu'il y a de sens dans cet argument de l'Apôtre : « Car cela est juste. » C'est l'ordre établi de Dieu ; et le maintien de cet ordre est la sauvegarde de tout autre ordre, divin ou humain. Cette règle d'éducation est de tous les temps, sans contredit : ni l'exemple de Jésus enfant, ni la loi de Dieu tant dans l'Ancien Testament que dans le Nouveau, ni la morale de tous les peuples ne sauraient laisser aucun doute sur ce point. Si le temps le permettait, j'aurais à citer à l'appui de nombreuses maximes empruntées à ce livre si original, si instructif, et tout ensemble si saint pour qui sait le pénétrer, les Proverbes. Mais bornons-nous à faire remarquer combien cette règle générale est relevée par l'état actuel de la société, et plus spécialement de la nôtre.

Mes frères, tous les hommes qui pensent sont effrayés des ravages que fait dans notre société l'esprit d'insubordination ; cet esprit, qui est de tous les temps, parce qu'il tient aux deux penchants les plus enracinés dans le cœur naturel, l'égoïsme et l'orgueil, mais qui a pris pourtant de nos jours un développement si peu connu jusqu'alors qu'on peut l'appeler sans injustice un des traits distinctifs de notre siècle. Insubordination dans l'Etat, insubordination dans l'Eglise, insubordination partout. On se demande jusqu'où le mal ira croissant, et à quelles extrémités il peut conduire, et nous avons sujet de le demander, plus que tous les autres, nous qui en recueillons, qui en avons recueilli, ajouterai-je, qui en pourrons recueillir encore, des fruits si amers !

Ce mal si grand, d'autant plus difficile à guérir qu'il est de ceux qui paralysent d'avance l'efficace des remèdes qu'ils appellent, sur qui compter pour le combattre ? Sur l'Etat ? l'Etat a de graves devoirs à remplir ici ; mais l'Etat, comme Etat, presque fatalement entraîné à mettre la force à la place de l'autorité, et à s'appuyer sur la crainte, au lieu de s'appuyer sur le respect et l'amour, se trouve placé, de tout temps, dans cette alternative terrible, ou de laisser sans frein l'esprit d'insubordination, ou de s'exposer à l'irriter par les précautions mêmes qu'il prend pour le réprimer. Sur l'Eglise ? Ce serait assurément une tâche bien digne d'elle ; mais, hélas, l'Eglise a été si bouleversée, elle est si occupée de rétablir l'ordre dans son propre sein, qu'elle ne saurait attendre aujourd'hui des hommes ni la déférence, ni l'attention dont elle aurait besoin pour un ouvrage si grand et si difficile. S'il y a une institution dont vous puissiez espérer ici le secours, c'est la famille. Le mal que nous déplorons a plus d'une cause, sans doute, mais sa cause principale, sa racine est dans l'affaissement de l'autorité paternelle. Quiconque a appris dans son enfance à honorer son père et sa mère, saura plus tard porter dans les autres relations de la vie cet esprit de soumission auquel il s'est plié de bonne heure, et, selon le commandement de Dieu, obéir aux princes et aux magistrats, respecter les conducteurs de l'Eglise, et « se soumettre à tout ordre humain » (1 Pierre 2.13 ; Hébreux 13.17). Mais, à moins d'un coup de grâce, où prendra l'habitude de l'obéissance celui qui ne s'y est pas formé dans la famille, le berceau à la fois et l'école de la société ? Cette insubordination qu'on déplore dans l'Etat et dans l'Eglise n'est que la suite naturelle, que le développement inévitable de cette insubordination qui est dans la famille, et dont on ne mesure peut-être ni toute l'étendue, ni toute la gravité.

Regardez autour de vous ; parcourez toutes les classes de la société. Entrez dans la cabane du pauvre : qu'y voyez-vous, si ce n'est des fils qui se croient plus habiles que leur père, qui élèvent leurs voix au-dessus de la sienne, qui contestent, qui s'irritent, qui s'emportent, et auxquels il ne manque peut-être pour résister matériellement, que la force que l'âge leur refuse aujourd'hui, mais qu'il va leur donner bientôt ? Entrez ensuite dans la maison du riche : vous y trouverez le même désordre, revêtu seulement de formes un peu moins grossières ; vous y trouverez des jeunes gens, des enfants, qui usurpent la première place dans la maison, qui tiennent le haut bout dans la conversation, qui tranchent en docteurs sur les questions les plus difficiles, de littérature, de politique, de philosophie, de religion. Où sont-elles, les maisons bien rangées, où l'on sent l'empire de l'autorité, le silence de la soumission, et toute la sainte hiérarchie consacrée par l’Évangile ?

Parents chrétiens, et vous plus spécialement chefs de famille, c'est par vous, c'est dans la famille, c'est au berceau, que doit commencer la régénération sociale dont vous sentez tous le besoin. L'autorité paternelle, placée comme à la porte de la société, est la plus forte, en même temps que la plus douce qui soit, dans le monde.

Bien administrée, elle ne connaît presque rien d'impossible. Il ne faut qu'en user chrétiennement, pour parvenir, sous la bénédiction de Dieu, qui ne saurait manquer à vos pieux efforts, à inspirer à vos enfants, et au besoin à leur imposer, une obéissance prompte, complète, constante. Alors, mais seulement alors, vous aurez été fidèles. Gardez-vous de plaisanter avec un monde profane et léger sur la faiblesse des pères avec les enfants ; rappelez-vous qu'il n'est pas de sujet plus sérieux. Ce que le monde appelle gâter les enfants, c'est, devant Dieu, commettre un péché grave contre leurs âmes, contre l'ordre de la société, et contre l'autorité de Dieu lui-même. Évitez soigneusement, non seulement cette complaisance grossière qui fait céder à leurs caprices et à leurs cris, mais encore cette complaisance plus subtile qui leur laisse usurper insensiblement dans la maison une influence qui est contraire à l'intérêt de tous, et surtout au leur. Que l'enfant se tienne en sa place, qui est une place de respect, de silence, d'humilité, et surtout d'obéissance. Hélas, que cela est plus facile à dire qu'à faire ! Quel père de famille ne se frappera la poitrine en comparant sur ce point sa conduite avec son devoir, en des jours où l'on ne peut se conformer à la loi de Dieu qu'à la condition de soustraire sa maison, et de se soustraire soi-même tout le premier à un entraînement universel, qui a tout ensemble faussé les idées et compromis l'action ! Père céleste, conduis-nous par ton Esprit, réforme-nous à ton image, et instruis-nous à concilier dans l'éducation de nos enfants, comme toi dans celle des tiens, la fermeté du commandement avec l'onction de l'amour!

Cet article est extrait du livre Au secours de l'enfance.

Obéissance —le salut de l'éducation
Vous avez un commentaire? Rejoignez la conversation ! 0 Commentaires
0 Commentaires